tetiere
Retour à la liste des actualités
17 oct 2019 - 
Prévention

Le protoxyde d'azote interdit à Lunel

La Ville de Lunel prend un arrêté municipal contre le protoxyde d'azote. Objectif : sensibiliser et prévenir les jeunes de l'usage détourné de ce gaz et alerter les parents sur ce comportement à risque de plus en plus en vogue chez les ados.

 

 

En accord avec la police municipale et la brigade de gendarmerie, le maire de Lunel a pris un arrêté contre le protoxyde d'azote. Habituellement vendu pour une utilisation culinaire ou médicale, ce gaz est aujourd'hui consommé par les jeunes pour ses effets hilarants.
 
Considéré comme nocif pour la santé, le "proto" -comme les adolescents l'appellent- alerte les autorités. L'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies souligne qu’un usage prolongé et à des doses élevées peut avoir de graves conséquences pour la moelle osseuse et le système nerveux. Des troubles neurologiques, respiratoires, cardiovasculaires graves et définitifs peuvent intervenir. Sans compter les effets secondaires subis pour quelques secondes d'hilarité tels que les nausées, vomissements, maux de tête, maux de ventre, somnolence, vertiges, ainsi que les nuisances et risques d'accident dues aux capsules abandonnées sur les chaussées.
 
Disponible à la vente libre, le protoxyde d'azote, vendu sous forme de capsule, ne fait aujourd'hui l'objet d'aucune réglementation. Dans le cadre de ses pouvoirs de police, le maire de Lunel a donc pris la décision, via un arrêté municipal, d'interdire la consommation, la vente ou la cession gratuite aux mineurs de protoxyde d'azote. L'arrêté prévoit également l'interdiction d'abandonner, de déposer, de détenir du protoxyde d'azote, sous toutes ses formes, sur la voie publique. Enfin, sa consommation est interdite dans un rayon de 500 mètres autour des établissements scolaires et périscolaires, des crèches, des bâtiments municipaux, des arrêts de train ou de bus, des parcs et jardins, des parkings publics, des complexes sportifs, des lieux de culte et des établissements médicaux. 
 
Crédit photo : Wikipedia Commons

L'Europe

 

Novembre Décembre 2019

N° 24